This site has been archived on 20/11/2014
20/11/2014

Dossiers à suivre

Flux RSSFlux RSS

Combats au Soudan du Sud

La situation humanitaire ne cesse d'empirer.

Combats au Soudan du Sud

Infographie à télécharger pdf - 717 KB [717 KB] English (en)

Depuis le début des violences fin 2013, plus de 800 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et plus de 250 000 ont cherché refuge dans les pays voisins. Selon les estimations, il y aurait des dizaines de milliers de morts et de blessés. Les Nations unies ont qualifié la crise au Soudan du Sud de «niveau 3».

La population a avant tout besoin de nourriture, d'eau potable, de soins médicaux, d'abris, de services d'hygiène et d'assainissement et de protection. Les capacités de réaction humanitaire sont insuffisantes et risquent encore de diminuer en raison du début précoce de la saison des pluies, qui rend l’accès à de nombreuses régions du pays très difficile. 

Aide de l'UE 

La Commission européenne va débloquer 95 millions d’euros en 2014 pour faire face à la crise humanitaire dans le pays. 

Les fonds européens sont affectés aux activités urgentes visant à sauver des vies, telles que la fourniture de denrées alimentaires et de produits non alimentaires, d'abris, de soins de santé, de protection, d’eau, ainsi que de services d’hygiène et d’assainissement. Une partie de ces fonds couvre les besoins urgents des réfugiés sud-soudanais.

Une équipe d'experts humanitaires de la Commission est sur le terrain pour assurer le suivi de la situation, évaluer les besoins et superviser l'utilisation des fonds de l'UE.

DIFFICULTÉS 

Alors que la population a désespérément besoin d’aide, les travailleurs humanitaires courent de grands risques au Soudan du Sud et ont beaucoup de difficultés à faire leur travail. Il est essentiel que des travailleurs humanitaires neutres, impartiaux et expérimentés puissent atteindre les populations vulnérables afin de leur apporter l’aide nécessaire à leur survie.

Les capacités de réaction humanitaire risquent encore de diminuer en raison du début précoce de la saison des pluies, qui rend l’accès à de nombreuses régions du pays encore plus difficile.