La Banque mondiale et l'OLAF accentuent leurs efforts conjoints pour lutter contre la fraude et la corruption dans le domaine de l'aide au développement

OLAF/11/14 Bruxelles, le 8 novembre 2011

Le renforcement de la coopération opérationnelle est au centre d'un accord de coopération, signé aujourd'hui à Bruxelles, entre l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) et la vice-présidence de la Banque mondiale chargée des questions de déontologie institutionnelle (INT). Ce nouvel accord constitue une première avancée vers le renforcement de la coopération entre les deux services, convenu par leurs directeurs dans le cadre de la 12ème conférence des enquêteurs internationaux que la Banque mondiale a organisée à Washington en mai 2011.

«L'Union européenne et ses États membres représentent le premier donateur d'aide au développement du monde. La Banque mondiale est un acteur important dans ce domaine et elle administre une grande partie des fonds établis par l'UE. En période de crise économique, il est d'autant plus important que nous intensifiions la coopération entre les services d'enquête pour prévenir les fraudes et veiller à ce que chaque euro provenant de fonds internationaux parvienne aux bénéficiaires visés», a déclaré le directeur général de l'OLAF, M. Giovanni Kessler.

M. Leonard McCarthy, le vice-président de la Banque mondiale chargé des questions de déontologie institutionnelle, effectue une visite de deux jours à Bruxelles. Le principal objectif de sa venue est le renforcement de l'actuelle coopération avec l'OLAF grâce à un échange d'informations accru entre les deux services et à la signature d'un nouvel accord de coopération administrative. M. McCarthy rencontrera également M. Algirdas Šemeta, le commissaire chargé de la lutte antifraude, M. Brian Gray, le directeur général du service d'audit interne de la Commission, et M. Pierre Amilhat, le directeur des ressources d'EuropeAid.

«L'alliance de la Banque mondiale avec l'OLAF est une force, et ce d'autant plus au regard du rôle de protection que ce dernier joue vis-à-vis du budget de 130 milliards d'euros de l'Union européenne et compte tenu de notre intérêt commun à lutter contre les activités illicites. L'OLAF est l'un de nos principaux partenaires dans la lutte contre la corruption. Cet accord nous permet de franchir un cap supplémentaire dans la coopération, en conduisant des enquêtes communes et une analyse stratégique, ainsi qu'en ciblant davantage les organisations criminelles», a affirmé M. Leonard McCarthy au cours de sa visite.

Le nouvel accord de coopération entre l'OLAF et l'INT permettra aux deux bureaux d'investigation de collaborer plus étroitement à chaque stade des enquêtes, par des échanges d'informations plus rapides et ciblés. Il permettra aux enquêteurs de mener des enquêtes conjointes lorsque les intérêts financiers de l'Union européenne et ceux de la Banque mondiale seront concernés. Il offrira également aux deux services la possibilité de procéder à des échanges de personnel et de coopérer dans le domaine de la formation.

Contexte

La vice-présidence chargée des questions de déontologie institutionnelle (INT) joue un rôle capital dans la stratégie en matière de gouvernance et de lutte anticorruption du groupe de la Banque mondiale, stratégie qui vise à offrir une protection contre la corruption, à intégrer sur le plan opérationnel la déontologie instaurée au niveau des projets et à aider les pays clients à renforcer leurs politiques de gouvernance.

L'Office européen de lutte antifraude (OLAF) enquête sur les cas de fraude au budget de l'Union européenne, de corruption et de manquement grave au sein des institutions européennes et élabore pour la Commission européenne des politiques de lutte contre la fraude.

Pavel BOŘKOVEC
Chef d'Unité "Porte-parole, Communication et Relations publiques"
Office européen de lutte anti fraude (OLAF)
Rue Joseph II, 30 B-1049 Bruxelles (Belgique)
Tél: +32 2 296 72 00
Fax: +32 2 2998101
E-mail: olaf-media@ec.europa.eu

Print versionDecrease textIncrease text
Agenda
Dernière mise à jour : 04/05/2012