Historique

L'Office européen de lutte antifraude est également désigné par son acronyme français OLAF.

1988

Création d'une task-force «Coordination de la lutte antifraude» (UCLAF), intégrée au Secrétariat général de la Commission européenne.
L'UCLAF collabore avec les services nationaux de lutte contre la fraude et assure la coordination et l'assistance nécessaires pour lutter contre la fraude organisée à l'échelon transnational.

1993

Les compétences de l'UCLAF sont progressivement élargies suite aux recommandations du Parlement européen.

1995

L'UCLAF est autorisée à ouvrir des enquêtes de sa propre initiative, sur la base d'informations provenant de sources diverses.
Tous les services de la Commission doivent informer l'UCLAF de toute suspicion de fraude dans leurs domaines de responsabilité.

1999

Suite aux évènements qui ont entraîné la démission de la Commission Santer, des propositions visant à créer un nouvel organe de lutte antifraude doté de pouvoirs étendus sont formulées. Ces propositions ont abouti
- à la création de l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) en tant qu'entité indépendante intégrée à la Commission européenne (décision n° 1999/352 pdf);
- à la formulation de règles générales pour les enquêtes de l'OLAF (règlement n° 1073/1999 pdf);
- à un accord sur les enquêtes internes au sein des institutions de l'UE pdf.

Print versionDecrease textIncrease text
Agenda
Dernière mise à jour : 28/04/2015