Chemin de navigation

Programme européen en faveur de la consommation de fruits à l’école

Initiative de l’UE

Proposition de la Commission

Le programme en faveur de la consommation de fruits à l’école proposé par la Commission faisait suite à un engagement pris au cours des négociations portant sur la réforme de l’organisation commune de marché du secteur des fruits et légumes, en juin 2007. Depuis, la Commission a engagé une large consultation publique et une analyse approfondie de l’impact des différentes options.

Les experts s’accordent sur le fait qu’une alimentation saine peut jouer un rôle fondamental dans la réduction des taux d’obésité et du risque, à un âge plus avancé, de problèmes de santé graves, tels que les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2. La consommation de quantités suffisantes de fruits et légumes est essentielle à cet égard. L’Organisation mondiale de la santé recommande une consommation nette journalière de 400 g de fruits et légumes par personne. La majorité des Européens n’atteignent pas cet objectif. La consommation est en baisse, en particulier chez les jeunes.

Les études montrent que les bonnes habitudes alimentaires se forment pendant l’enfance. Les enfants qui consomment beaucoup de fruits et légumes restent plus tard de grands consommateurs de ces produits. Ceux qui en consomment peu ne modifient pas leur comportement et transmettent leurs habitudes à leurs propres enfants. Les recherches ont également montré que les familles ayant un faible niveau de revenu ont tendance à consommer moins de fruits et légumes. De ce fait, la distribution gratuite de ces produits sains dans les écoles peut avoir un réel effet positif, en particulier dans les quartiers les moins favorisés.

L’analyse des politiques nationales existantes réalisée par la Commission et les consultations menées auprès des experts ont révélé que les avantages du programme scolaire pouvaient être accrus si la distribution de fruits s’accompagnait de mesures de sensibilisation et d’actions pédagogiques permettant d'expliquer aux enfants pourquoi il est important de prendre de bonnes habitudes alimentaires. La mise en réseau des différentes autorités nationales qui mettent en œuvre avec succès des programmes en faveur de la consommation de fruits à l’école sera également encouragée. De tels programmes existent déjà dans certains pays de l’UE, sous différentes formes. Cependant, on peut faire beaucoup plus, et ce projet de l'UE offre une base idéale pour l'élaboration de nouveaux programmes. La Commission met sur la table 90 millions d’euros par an pour la distribution de fruits et légumes dans les écoles. Les gouvernements ont le choix de participer ou non. Les programmes sont cofinancés à raison de 50 %, ou de 75 % dans les régions dites «de convergence», où le PIB par habitant est plus faible. Cet argent ne peut pas servir à remplacer le financement national existant, mais permet d'encourager des activités supplémentaires, en relation avec les programmes existants ou totalement nouvelles. Les États membres peuvent bien entendu ajouter des fonds supplémentaires s’ils le souhaitent.

Les autorités nationales sont tenues d’élaborer une stratégie nationale, en liaison avec les autorités publiques chargées de la santé et de l’éducation et en association avec l'industrie et les parties intéressées, stratégie qui est bien entendu adaptée aux préférences nationales. Les premiers programmes ont commencé au début de l’année scolaire 2009-2010.

Retour au rôle de l’UE