Sources d’énergie renouvelables,
sources de développement durable



Mode d'Emploi et Sommaire
Encourager l'initiative locale dans le secteur des énergies renouvelables
Exploiter les énergies renouvelables dans le cadre d'une stratégie de développement durable

 

 


ENCOURAGER L’INITIATIVE LOCALE DANS
LE SECTEUR DES ÉNERGIES RENOUVELABLES


Conçu à l’usage des acteurs du développement rural, ce guide peut servir d’outil de référence pratique pour évaluer le potentiel local en matière d’énergie renouvelable, étudier l’impact d’un projet dans ce domaine sur la situation économique, écologique et sociale du territoire concerné pour finalement, le cas échéant, faciliter la mise en œuvre de ce projet.

Les sources d’énergie renouvelable sont multiples et ce guide se concentre sur les technologies (solaire, éolienne, de la biomasse etde petite hydraulique) qui semblent offrir le plus de perspectives économiques dans certaines zones rurales d’Europe. Les fiches qu’il contient fournissent des informations de base sur ces différentes technologies et leur application dans les territoir es ruraux, mais en s’attachant principalement aux projets de taille petite à moyenne.

Evaluer l’intérêt de lancer un projet de développement d’énergie renouvelable dans une zone donnée consiste d’abord à identifier:

  • la ressource locale en énergie renouvelable,
  • la demande et le marché potentiel de ce type d’énergie,
  • les avantages pouvant être retirés de la mise en œuvre d’un projet d’énergie renouvelable,
  • le coût et l’impact du projet,
  • les possibilités de financement et les mécanismes d’appui disponibles.

On peut ainsi établir un tableau des opportunités et des risques liés à la mise en œuvre d’un tel projet, et décider si l’investissement qu’il implique se justifie. Certaines de ces informations peuvent être obtenues à partir de sources proches, d’autres exigeront le concours de ressources extérieures et probablement de spécialistes.

Dans certaines zones, l’exploitation des énergies renouvelables n’est pas forcément viable à l’heure actuelle, même si partout les coûts d’équipement diminuent et les aides publiques sont de plus en plus nombreuses. Ceci étant dit, si l’on décide que les conditions sont réunies pour développer un tel projet, il faudra notamment:

  • mobiliser la population locale dès le départ,
  • nouer des liens avec les groupes et organismes appropriés,
  • s’assurer le concours d’experts afin de réaliser une étude technique détaillée,
  • élaborer un plan financier.

Pour l’essentiel, l’élaboration d’un projet de valorisation d’une énergie renouvelable ne diffère guère de celle d’un autre projet, mais elle peut rencontrer des écueils particuliers. A cet égard, ce guide essaie de donner des conseils pratiques et concrets, ainsi qu’un accompagnement “pas à pas” pour la préparation du projet. Il s’appuie entre autres sur l’expérience des groupes LEADER ayant participé à des actions de cette nature à travers l’Europe.

Il s’agit avant tout de faciliter l’émergence de projets d’énergie renouvelable, adaptés à leur localisation géographique, dans le cadre d’une stratégie de diversification économique durable.

 


EXPLOITER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES DANS
LE CADRE D’UNE STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE


Les technologies d’exploitation de l’énergie renouvelable sont de plus en plus prises en considération dans la promotion d’un développement rural durable en Europe. Elles suscitent un intérêt croissant en raison des avantages écologiques et sociaux qu’elles offrent, mais aussi parce que leurs coûts diminuent.

Une source d’énergie renouvelable présentant un potentiel d’exploitation est un atout pour une zone rurale. Selon le territoire, elle peut offrir les avantages suivants: exploitation des ressources locales qui contribue à améliorer la situation économique en exportant de l’énergie ou en diminuant les approvisionnements extérieurs; création d’emplois qualifiés; allègement de la charge sur l’environnement, notamment par la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2), principal responsable de l’effet de serre, et de dioxyde de soufre (SO2), principal responsable des pluies acides; effet de levier pour d’autres initiatives de développement rural étant donné notamment la mobilisation et l’animation locales que le projet d’énergie implique.

La qualité de l’air est, depuis plusieurs années, une priorité politique de l’Union européenne et elle le restera. En 1992, au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, l’Union s’est engagée à stabiliser en l’an 2000 ses rejets de CO2 au niveau de 1990. A Kyoto en 1998, elle a convenu d’une réduction de 8% par rapport à ce niveau pour un ensemble de six gaz à effet de serre, objectif à réaliser entre 2008 et 2012. Ce protocole de Kyoto devrait avoir de profondes conséquences sur la politique énergétique des décennies à venir.

Tout indique que les énergies renouvelables joueront un rôle grandissant dans notre approvisionnement énergétique, la Commission européenne, notamment, les ayant jugées capables d’apporter une contribution significative à la réalisation des objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

Le tableau ci-dessous présente la contribution de chaque source d’énergie renouvelable dans les pays de l’Union européenne (au total 6% de la consommation énergétique de l’Union).


Production d’énergie renouvelable dans l’UE (1995)
(milliers de tonnes équivalent pétrole)
Pays Hydro Éolien Solaire Géothermique Biomasse Autres Total
Belgique 30 1 1 1 372 107 512
Danemark 3 98 4 1 1308 0 1414
Allemagne 1591 123 36 9 4375 0 6133
Grèce 223 3 98 4 1398 0 1727
Espagne 2408 15 24 7 3876 0 6330
France 6822 0 14 129 9781 0 16746
Irlande 79 2 0 0 162 0 243
Italie 3840 1 7 2312 3548 91 9798
Luxembourg 10 0 0 0 41 0 51
Pays-Bas 9 23 3 0 933 0 968
Autriche 3070 0 0 0 3034 0 6104
Portugal 916 1 14 37 2368 0 3338
Finlande 1013 0 0 0 4898 0 5912
Suède 5082 6 0 0 6564 0 11652
Royaume-Uni 438 29 6 1 934 0 1409
Total UE 25535 302 208 2500 43593 199 72337

Source: Commission of the European Communities, “Energy for the future: renewable sources of energy - White paper for a Community strategy and action plan”, COM (97) 599 final, Brussels 1997.

 

Dans le Livre blanc “Énergie pour l’avenir: les sources d’énergie renouvelables” publié en 1997, la Commission européenne propose l’objectif de 12% pour la part des énergies renouvelables dans la consommation intérieure brute de l’Union en 2010 (le chiffre actuel de 6% comprend les grandes centrales hydroélectriques, voir tableau ci-dessus). Le Livre blanc présente une stratégie globale et un plan d’action destinés à atteindre cet objectif. Il prévoit notamment une “campagne pour le décollage des sources d’énergie renouvelables” qui établit pour chaque secteur clé d’énergie renouvelable des objectifs à atteindre à l’horizon 2003: 1 million de systèmes photovoltaïques; 15 millions de mètres carrés de capteurs solaires thermiques; 10.000 mégawatts générés par des turbines éoliennes, 10000 mégawatts thermiques générés par des installations fonctionnant à la biomasse; 1 million de logements chauffés par la biomasse, 1000 mégawatts générés par des installations de biogaz; 5 millions de tonnes de biocarburants liquides.

Il est évident que les ressources importantes que l’Europe possède dans le domaine des énergies renouvelables vont jouer un rôle croissant dans son approvisionnement en énergie. Les énergies renouvelables offrent en outre aux territoires ruraux des possibilités de diversification basées sur des perspectives à long terme, sûres et durables.



        Ce guide fait suite à un séminaire organisé par l’Observatoire européen LEADER, du 27 au 31 mai 1998, à Hensbacka dans la zone LEADER Norra Bohuslän (Munkedal, Suède).

        Plusieurs études de cas ont été réalisées pour préparer le séminaire. Elles portent sur différents types d’énergie renouvelable:

        • électricité solaire, biomasse, paille, économies d’énergie et conseil (Nordliches Waldviertel, Autriche);

        • solaire thermique, photovoltaïque, biomasse (Terres Romanes, Languedoc-Roussillon, France);

        • électricité solaire, conseil et relations publiques (île de Föhr, Schleswig-Holstein, Allemagne);

        • noyaux d’olives comme combustible pour le chauffage de serres (Sitia, Crète, Grèce);

        • utilisation des déchets de l’industrie forestière pour le chauffage de maisons particulières (Darlana, Suède);

        • coopérative d’éoliennes (Ulverston, Angleterre, Royaume-Uni);

        • autoconstruction de systèmes de chauffage solaire (Styrie, Autriche);

        • utilisation de l’énergie solaire en milieu rural isolé (Sierra de Segura, Andalousie, Espagne);

        • système de chauffage combiné biomasse-solaire à l’échelle d’un village (Deutsch-Tschantschendorf, Burgenland, Autriche).

        Les 4 dernières sont présentées en annexe de ce dossier; les autres sont disponibles auprès de l’Observatoire européen LEADER ou sur l’Internet:
        /agriculture/rur/leader2.

        La rédaction du guide a été assurée par John Green (Lothian and Edinburgh Environmental Partnership, Ecosse, Royaume-Uni). Waltraud Winkler-Rieder (ÖAR, Autriche) y a également contribué ainsi que Antonio Estevan (Gabinete de Economia Aplicada, Madrid, Espagne). Catherine de Borchgrave, Yves Champetier, Eveline Durieux et Jean- Luc Janot (Observatoire européen LEADER) ont participé à sa finalisation.


 


Vous pouvez télécharger la
version PDF de ce dossier.

Adobe
Pour lire et imprimer ces pages,
téléchargez et installez le
logiciel "Acrobat Reader ©",
logiciel gratuit


European Flag

Commission
Européenne

Direction générale
de l'Agriculture