•  

SÉLECTION DE L'ÉCHANTILLON Mail à



Sélection de l'échantillon d'exploitations à partir du champ d'observation RICA


Le présent chapitre décrit les méthodes de sélection des exploitations agricoles et les techniques utilisées pour parvenir à un degré de représentativité aussi élevé que possible.

Les États Membres effectuent leur propre sélection Top


Avant la création du RICA, plusieurs États Membres effectuaient déjà des enquêtes agricoles sur la base de la comptabilité agricole. Certaines enquêtes étaient fondées sur un échantillon d'exploitations agricoles sélectif- et non sur la population d'exploitations agricoles totale. Pour sélectionner l'échantillon d'exploitations, ces États Membres avaient établi leurs propres plans de sélection.

La plupart des organes de liaison des États Membres continuent à effectuer des enquêtes nationales et ont ainsi conservé leurs propres plans de sélection. Dans la pratique actuelle, les organes de liaison élaborent leurs propres plans de sélection aux fins de l'enquête de l'Union européenne. Les plans sont soumis pour approbation au Comité communautaire du RICA. Leur degré de précision technique varie d'un État Membre à l'autre.

Stratification Top


Objet de la stratification

Le champ d'observation du RICA se caractérise par une grande diversité d'exploitations agricoles. Certaines sont très grandes (en termes de dimension économique), tandis que d'autres peuvent être très petites. Certaines exploitations agricoles sont axées sur la production végétale, d'autres spécialisées dans l'élevage, d'autres encore pratiquent une exploitation mixte, c'est-à-dire à la fois l'agriculture et l'élevage. Ces deux critères (dimension économique et orientation technico-économique) expliquent à eux seuls la forte hétérogénéité du champ d'observation des exploitations agricoles dans l'Union européenne.

Pour veiller à ce que l'échantillon d'exploitations agricoles reflète bien cette hétérogénéité, les organes de liaison stratifient le champ d'observation avant de sélectionner l'échantillon d'exploitations agricoles. Le risque serait plus grand sinon de voir certaines catégories d'exploitations agricoles mal (ou non) représentées dans l'échantillon, par exemple de grandes exploitations laitières dans une région ou de petites exploitations horticoles dans une autre.

La stratification est une technique statistique permettant d'accroître l'efficacité de l'échantillonnage, c'est-à-dire de minimiser le nombre d'exploitations agricoles nécessaire pour refléter la diversité des exploitations dans le champ d'observation. La Commission a fréquemment recours à cette méthode et se fonde à cet effet sur trois critères de stratification : la région, la dimension économique et l'orientation technico-économique, qui seront décrits dans les sections suivantes.

Typologie

Aux fins du RICA, l'Union européenne est divisée en régions RICA. Toutes les exploitations agricoles relevant du champ d'observation du RICA sont classées en fonction de deux critères : la dimension économique de l'exploitation et l'orientation technico-économique.

Une typologie détaillée a été élaborée pour les différents organismes au niveau de l'Union européenne. Elle est suffisamment large pour couvrir les nombreux types d'orientations technico-économiques (OTE) de l'Union européenne. Cette typologie est décrite dans le Règlement (EC) No 1242/2008, du 8 décembre 2008, qui a modifié substantiellement la méthodologie précédente, définie dans la décision 85/377/CEE de la Commission, du 7 juin 1985.

La typologie définit les principales orientations technico-économiques, qui font ensuite l'objet d'une ventilation. Comment les exploitations agricoles sont-elles classées dans telle ou telle OTE ? En d'autres termes, comment les différentes orientations technico-économiques sont-elles déterminées ?

Les orientations technico-économiques sont définies en fonction de l'importance relative des différentes productions de l'exploitation agricole. Cette importance relative est évaluée quantitativement comme la part représentée par chaque production dans la marge brute standard totale (voir ci-après l'exemple de classification d'une exploitation agricole).

Aux fins de calculer des résultats types, la Commission a recours à des groupes d'orientations technico-économiques. De plus amples informations sur les méthodes de calcul et de publication des résultats types figurent au chapitre Diffusion.

Exemple de classification d'une exploitation agricole selon la typologie communautaire

Supposons : une exploitation agricole comptant 50 truies reproductrices et 5 vaches laitières.

Description des deux orientations technico-économiques principales de cette exploitation :

51Exploitations porcines spécialisées
74Exploitations de polyélevage à orientation granivores


À quelle orientation technico-économique cette exploitation agricole appartient-elle ?

productionPSImportance de la productionPS de la productionPS de la production en % de la PS totale
Truies reproductrices1.00050 truies reproductrices 50.00083,3%
Production laitière2.0005 vaches laitières10.00016,7%
  PS totale60.000100%


Les deux orientations technico-économiques principales sont définies comme suit :

51Exploitations porcines spécialiséesTruies reproductrices > 2/3 de la PS totale
74Exploitations de polyélevage à orientation granivoresHerbivores et fourrage ≤ granivores dans la pS totale


Les truies reproductrices représentant plus des deux tiers de la production standard totale, l'exploitation agricole est classée dans l'orientation technico-économique principale "exploitations porcines spécialisées".

Ces trois orientations technico-économiques particulières sont les suivantes :

511Exploitations spécialisées en porcins d'élevageTruies reproductrices > 2/3 de la PS totale
512Exploitations spécialisées en procins d'engraissementPorcelets et autres porcs > 2/3 de la PS totale
513Exploitations combinant l'élevage et l'engraissement de porcinsExploitations de la classe 51 à l'exclusion de celles de classes 511 et 512


Les truies reproductices représentant plus des deux tiers de la PS totale, cette exploitation agricole est classée dans l'orientation technico-économique particuliè "exploitations spécialisées porcins d'élevage".

Représentation de la population et du champ d'observation en tant que matrice de cellules Top


La triple stratification de la population examinée permet de la représenter sous la forme d'une matrice de cellules tridimensionnelle. Le nombre d'exploitations agricoles figurant dans chaque cellule est tiré de l'enquête sur la structure des exploitations agricoles organisée par Eurostat. Cette enquête reprend la typologie utilisée pour le RICA.

Chaque cellule correspond à une catégorie d'exploitations particulière. Certaines cellules représentent un grand nombre d'exploitations agricoles : deux cellules peuvent compter par exemple 18 000 exploitations agricoles environ.

La Commission et les organes de liaison sélectionnent l'échantillon d'exploitations agricoles non à partir du champ d'observation total, mais des cellules qui le composent. Des exploitations agricoles de l'échantillon sont donc sélectionnées dans chaque cellule - toutes les cellules étant ainsi, en principe, représentées dans l'échantillon. Les exploitations agricoles de l'échantillon RICA reflètent l'hétérogénéité du champ d'observation.

La proportion de l'univers couverte par le champ d'observation du RICA dans chaque Etat Membre est, dans la plupart des cas, très importante, comme le montre le tableau suivant.
Année d' Enquête sur la Structure des exploitations Agricoles (ESA)
Etats Membres Exploitations ESA Couverture champ d'observation RICA
Total Champ RICA Exploitations % PS % SAU % UTA % PS
Belgique 37760 29590 78 99 96 90 2010
Bulgarie 254410 114180 45 96 98 67 2010
République tchèque 26250 17480 67 99 98 93 2010
Danemark 38830 28360 73 99 96 91 2010
Allemagne (*) 285030 191690 67 98 94 88 2010
Estonie 19190 7600 40 98 89 80 2010
Irlande 139600 87270 63 96 85 73 2010
Grèce (*) 709500 357220 50 93 91 82 2010
Espagne 965000 587010 61 98 92 84 2010
France 472210 317450 67 98 93 88 2010
Croatia 157450 81500 52 93 91 68 2010
Italie 1010330 711820 70 98 94 91 2010
Chypre 35380 10470 30 93 78 73 2010
Lettonie 81800 24680 30 93 80 56 2010
Lituanie 171800 61710 36 91 84 61 2010
Luxembourg 2080 1590 76 98 98 93 2010
Hongrie 491330 102990 21 93 94 50 2010
Malte 9360 2800 30 94 60 70 2010
Pays Bas (*) 67480 49520 73 99 95 90 2010
Autriche 140430 92430 66 97 89 88 2010
Pologne 1429010 742940 52 94 87 67 2010
Portugal 264420 101580 38 94 89 56 2010
Roumanie 3629660 1136250 31 86 82 60 2010
Slovénie 72380 44790 62 94 89 78 2010
Slovaquie 23570 3660 16 95 93 74 2010
Finlande 54400 41490 76 98 93 93 2010
Suède 67150 29430 44 95 86 74 2010
Royaume-Uni 185190 98270 53 97 86 78 2010


Détermination de la dimension optimale de l'échantillon Top


Les taux d'échantillonnage varient selon les cellules. Dans certains États Membres, les organes de liaison disposent d'un nombre de données sur la variabilité des exploitations agricoles dans le champ d'observation suffisant pour calculer des taux d'échantillonnage optimaux. Dans d'autres cas où cela n'est pas possible, les taux d'échantillonnage sont déterminées en fonction du nombre d'exploitations agricoles figurant dans la cellule. Une fois le plan de sélection élaboré, les exploitations agricoles peuvent être transférées d'une cellule à l'autre en cas de modification de leur dimension ou de leur orientation technico-économique. Ce facteur, entres autres, influence le taux d'échantillonnage de la manière décrite ci-après.

Caractère aléatoire de l'échantillon Top


Idéalement, les exploitations agricoles sont sélectionnées de manière aléatoire à partir du champ d'observation. Néanmoins, différents facteurs s'opposent à un véritable échantillonnage au hasard :

  1. Existence d'une comptabilité agricole. Pour compléter la fiche d'exploitation RICA communautaire, il importe de pouvoir disposer d'un ensemble de données comptables (ou d'informations financières similaires, telles que des reçus, factures, etc..). . Certains agriculteurs ne disposent pas des informations nécessaires et ne peuvent, dans ce cas, remplir la fiche d'exploitation. Dans plusieurs pays, les organes de liaison aident les agriculteurs à tenir une comptabilité qui serait sinon inexistante.

    En règle générale, le nombre d'agriculteurs qui tiennent une comptabilité augmente progressivement. Le règlement (CEE) n° 797/85 du Conseil, du 12 avril 1985 (sur la modernisation des exploitations agricoles), dispose en effet que les agriculteurs bénéficiant d'une aide sont tenus de tenir une comptabilité.

  2. Participation facultative. La participation des agriculteurs est facultative. Certaines des exploitations agricoles sélectionnées au départ pour l'échantillon peuvent renoncer à participer à l'enquête. Dans ce cas, l'exploitation agricole sera remplacée par une autre, sélectionnée dans la même cellule du champ d'observation.

L'échantillon est donc prélevé au hasard dans un sous-ensemble d'exploitations du champ d'observation, qui remplissent les deux conditions susmentionnées.

Plans de sélection Top


Avant le début de chaque exercice comptable, les organes de liaison sont tenus d'élaborer un plan de sélection, conformément au Règlement (UE) No 1291/2009 de la Commission du 18 décembre 2009 et à ses modifications ultérieures. Diverses procédures de sélection sont utilisées dans les États Membres. Les problèmes de mise en oeuvre peuvent signifier que le nombre d'agriculteurs disposés à participer est insuffisant pour certaines cellules et que l'échantillon réel n'atteint peut-être pas la dimension et la répartition souhaitées.

Dimension de l'échantillon RICA Top


Raisons pour lesquelles, dans la pratique, l'échantillon n'atteint pas la dimension prévue

Plusieurs raisons peuvent expliquer le fait que la dimension de l'échantillon n'est pas atteinte ou peut même être dépassée. Il peut s'avérer difficile, par exemple, de trouver un nombre suffisant d'agriculteurs dans une cellule donnée qui soient prêts à participer et disposent des informations nécessaires. Dans d'autres cas, il se peut qu'un agriculteur participant abandonne l'agriculture avant la fin de l'exercice comptable. Une autre raison enfin peut être que la fiche d'exploitation RICA communautaire comporte des erreurs qui ne peuvent être rectifiées, de sorte qu'elle se trouve éliminée (Voir le chapitre Qualité des données).

Dimension réelle de l'échantillon au cours des dernières années

La dimension de l'échantillon RICA et la pondération moyenne d'une exploitation agricole sélectionnée diffèrent selon les États Membres, comme l'illustre le tableau ci-dessous.

Année comptable :      ESA : 2013      PS : 2010
Pays Dimension réelle de l'échantillon Nombre d'exploitations agricoles représentées dans le champ d'observation Pondération moyenne d'une exploitation agricole
Belgique 1228 30456 25
Bulgarie 2239 115650 52
République tchèque 1401 14842 11
Danemark 1827 29044 16
Allemagne (*) 8885 193936 22
Estonie 660 8090 12
Irlande 938 78954 84
Grèce (*) 4779 328987 69
Espagne 8748 601241 69
France 7567 304685 40
Croatia 1189 89302 75
Italie 10957 803270 73
Chypre 469 10209 22
Lettonie 1000 22686 23
Lituanie 1067 52926 50
Luxembourg 445 1608 4
Hongrie 1974 107257 54
Malte 531 3074 6
Pays Bas (*) 1513 52201 35
Autriche 2119 92989 44
Pologne 12321 720630 58
Portugal 2287 109943 48
Roumanie 5901 1038410 176
Slovénie 945 39953 42
Slovaquie 563 3393 6
Finlande 846 39353 47
Suède 1070 28053 26
Royaume-Uni 2807 92358 33




Dernière mise à jour : 1 septembre 2016 |  Haut de la page  |  A propos de ce site  |  Aide en ligne