Chemin de navigation

 

Autres outils

Règles applicables à la production végétale – Principaux points

Vie du sol

La vie du sol est le point de départ de la production végétale biologique.
Étant donné que l'utilisation d'engrais solubles est strictement limitée — et celle d'engrais minéraux azotés interdite —, il est essentiel de stimuler la fertilité naturelle du sol par l'activité des organismes qui y vivent (bactéries, champignons, etc.) et qui peuvent transférer des nutriments aux végétaux.

Rotation pluriannuelle des cultures

Les agriculteurs biologiques ont recours à la rotation pluriannuelle des cultures, comprenant les légumineuses et d'autres cultures d'engrais verts, et épandent des effluents d'élevage ou des matières organiques afin d'accroître la fertilité du sol et son activité biologique. Ils privilégient des pratiques culturales appropriées, comme le labour léger, afin de maintenir ou d'améliorer la teneur du sol en matières organiques, tout en renforçant sa stabilité et sa biodiversité. L'utilisation de préparations biodynamiques est autorisée.

Prévention des parasites

Afin de prévenir l'apparition des parasites, des maladies et des mauvaises herbes, les agriculteurs biologiques ne sont pas autorisés à utiliser des pesticides ou des herbicides de synthèse. Ils privilégient donc des espèces et des variétés résistantes. La rotation pluriannuelle des cultures et des techniques culturales appropriées contribuent également à protéger les végétaux contre les parasites, les maladies et les mauvaises herbes.  Les agriculteurs biologiques peuvent en outre utiliser des procédés thermiques, des ennemis naturels des parasistes (coccinelles ou trichogrammes par ex.) et, en cas de menace avérée pour une culture, des produits phytosanitaires autorisés dans le cadre de la production biologique.

Récolte de végétaux sauvages

La récolte de végétaux poussant à l'état sauvage dans les forêts et les zones naturelles et agricoles est considérée comme une méthode de production biologique, à condition que ces zones n'aient pas été traitées — pendant au moins 3 ans avant la récolte — avec des produits autres que ceux autorisés dans le cadre de la production biologique. En outre, la récolte ne doit pas affecter la stabilité de l'habitat naturel ou la préservation des espèces dans la zone concernée.