[ RETOUR ]
Encadré 7 : la comptabilité des substances nutritives

La comptabilité des substances nutritives est basée sur le même principe que les bilans d'azote. L'objectif de la comptabilité des substances nutritives est d'éviter la sur-fertilisation, en limitant la quantité de nutriment à la fois d'origine minérale et organique qui peut être appliquée. Elle prend en compte les entrées et les sorties de nutriments, les niveaux de sol et dans certains cas les pertes probables.

Depuis 1994, les exploitants au Danemark doivent préparer des plans de fertilisation. La quantité totale d'azote qui peut être appliquée y est normalisée pour chaque culture. Une autre obligation consiste en une couverture "verte" du sol de 65% minimum en hiver. En cas de non respect de ces règles, les contrevenants sont exposés à de lourdes amendes.

En Allemagne, le modèle de loi fédérale sur l'usage des fertilisants a été rendu effectif en janvier 1996. Le modèle doit maintenant être implanté dans les Länder. Dans le land de Baden-Wurtenberg, une taxe est prélevée si les analyses de sol en automne montrent un large excès d'azote.

En Norvège, les plans de fertilisation sont maintenant obligatoires.

Aux Pays-Bas un plan pour une comptabilité obligatoire des substances nutritives a commencé en 1998. Les applications de nutriments qui dépasseront le maximum fixé seront taxées.

Source : Projet UNEP/IFA, l'usage des fertilisants et l'environnement